Logo
L’identité…
22 Août 2021

L’identité…

Post by Femicriture

A mon retour d’Afrique, après la mort du père, je m’efforçai à nouveau de me reprendre et d’essayer de vivre comme si j’avais eu et le père et la mère, comme mes autres compatriotes qui avaient subi le choc de l’occident, mais ne l’avaient pas perçu comme moi.

A nouveau l’indéfinissable me hantait, me heurtait dans ce qu’il y avait de plus profond et de plus sensible, c’est-à-dire dans mon identité, une identité à assumer. Mais quelle identité ?

Dans tous les manuels scolaires que j’avais eus, le Noir était ridiculisé, avili, écrasé : « toto a bu du dolo. Toto est malade, toto a la diarhée, toto pleure » ou bien les Noirs étaient mis les uns contre les autres : « Toto tape Pathé, Pathé tape Toto ».

On les représentait à l’encre de Chine la plus opaque et ils étaient laids et sans lumières. A eux les bêtises, les sottises, les maladresses, comme dans Mariétou, Sabiétou et le chien. (Mariétou et Sabiétou rentraient du marché, s’engueulent en cours de route et le chien intervient en mangeant la viande qu’elles avaient achetée).

Je n’arrivais pas à redémarrer comme mes « amis » me le conseillaient et comme je le souhaitais ! J’avais signé un pacte avec l’irréel et le mouvement implacable au destin. Le temps passait en introspections, en quête de racines imaginaires. Mes compatriotes m’assaillaient, m’agressaient. Or jamais je n’avais autant éprouvé de compassion pour la race noire.

Ken BUGUL, Le baobab fou,  Les nouvelles éditions africaines-Dakar, p106-107 

Un commentaire

Leave a Comment