Logo
1 Juin 2020

La force du destin – Baï de Christine GNIMAGNON SOSSA

Post by Femicriture

La force du destin de Baï est un roman tres intéressant qui raconte la fulgurante réussite de la petite Baï pourtant promise à un destin ordinaire de fille d’Afrique des années (50) cinquante. L’histoire se déroule en Afrique, plus précisément au sud du Bénin à Zounzonmê. Ce roman raconte l’histoire de Baï, la petite de cinq ans très attachée à son père. Elle menait une vie paisible entre ses frères et ses nombreuses mères. Mais un jour elle découvre qu’elle était promise à un vieil ami de son père pour sceller leur amitié. Elle à été victime d’une pratique récurrente ici chez nous. Cette pratique veut que des personnes très attachées renforcent ce lien par des liens de mariage qui font des deux familles, des familles alliées donc liées à vie. La petite Baï a donc été une victime collatérale d’une vielle amitié. Mais son père mourut brusquement et la petite Baï dût quitter fortuitement le village. En effet ce n’était pas Baï qui était désignée à partir pour la ville. Le frère choisit par l’oncle s’étant enfui de la maison quand fut venu l’heure du départ avec son oncle, Baï se retrouva tout désignée pour partir avec son oncle tailleur, le frère de sa mère qui offrait ses services pour soulager sa sœur veuve. Cette vie plut beaucoup à Baï qui était dorlotée par son oncle. A la rentrée, il l’inscrivit à l’école et en prit très bien soin. Mais le rêve de fée prit fin quand l’oncle se maria. Sa femme Aimée devint au lendemain du mariage le bourreau de la petite Baï. Son oncle très souvent absent ne put malheureusement être d’aucun secours pour la pauvre petite. Cependant décidée de réussir, Baï ne laissa pas ces mauvais traitements la détourner de son objectif ; celui de réussir. Elle avait compris que l’école était une chance merveilleuse que la vie lui offrait pour sublimer sa vie.

En effet en arrivant en ville Baï comprit en fréquentant l’atelier de son oncle et l’élite qui visitait son atelier, qu’elle pouvait avoir une autre vie, une vie extraordinaire opposée à celle du village. Elle s’éveilla à cette évidence qu’une autre vie était possible. Elle se mit à sa quête. Résolue ! Elle s’agrippa à cette chance que la vie lui offrait d’aller à l’école et de petite fille promise en mariage à cinq ans elle finit avec un doctorat en géographie.

Ce roman nous apprend que dans la vie chacun a son parcourt mais il faut persévérer et savoir orienter positivement son destin.   En outre chacun doit donner du sens à sa vie et s’y dévouer corps et âme.

LA RAGE DE RÉUSSIR

Ce que j’ai beaucoup aimé dans le roman c’est la façon particulière dont l’auteur a attiré l’attention du lecteur sur les difficultés qui ont jalonné son parcours et qui cependant n’ont pas réussi à émousser son ardeur au travail ni sa féroce envie de réussir ses études. Elle apprend ainsi à la jeune génération que la vie est un combat. Elle est faite de joie et de peines. Le leader est celui qui s’élève au-dessus de ses difficultés pour atteindre ses objectifs.

Aux élèves et étudiants placés, aux orphelins du monde entiers en difficulté dans les maisons, aux pauvres à qui Dieu tend la main… à vous tous qui avez mal : je dis, il y a de l’espoir. Il faut le vouloir et se battre pour.

Tags:

Un commentaire

Leave a Comment